Voici comment

Voici ce qu’il en sort

Voici ce qu’il en sort

Points de collecte

Sammelstellen

GETRÄNKEKARTON-RECYCLING KOMMT IN FAHRT

20 000 Tonnen Getränkekartons fallen in der Schweiz pro Jahr an. Diese können problemlos in einer Papierfabrik recycelt werden. Obwohl es noch keine einheitliche Finanzierungslösung gibt, kommen laufend neue Sammelstellen dazu. Das ist gut, denn die Umwelt profitiert und die Konsumenten freuts.

Das Getränkekarton-Recycling kommt in Fahrt. Der erfolgreiche Pilotversuch, den wir durchgeführt haben, hat den Praxisbeweis erbracht und gezeigt, dass das Recycling von Getränkekartons nicht nur einfach machbar ist, sondern auch von der Bevölkerung gewünscht wird. Mittlerweile sind die Sammelstellen aus dem Pilotversuch nicht mehr die einzigen Orte, an denen Getränkekartons zurückgebracht werden können.

Neu bietet ALDI SUISSE eine gemeinsame Sammlung von Getränkekartons und Plastikflaschen an. Die Sammlung startete am 18. August 2016 in der Region Ostschweiz und soll bis Ende 2017 auf die gesamte Schweiz ausgedehnt werden.

PAYERNE: LE PREMIER POINT DE COLLECTE DE SUISSE ROMANDE

Payerne, dans le canton de Vaud, est désormais la première localité de Suisse romande à proposer le recyclage des briques à boisson. A l’occasion du 20e anniversaire du point de collecte de Payerne, l’Association pour le recyclage des briques à boisson Suisse était présente sur place, avec un stand d’information, et a distribué force jus de fruits aux habitants intéressés.

LE RÉSEAU DE POINTS DE COLLECTE CROÎT

A la fin de l’année 2011, nous avons lancé le projet pilote de deux ans avec le concours de la commune bernoise de Grosshöchstetten. Entretemps, ce type de collecte séparée s’est établi rapidement et avec succès dans de nombreuses autres communes. Un nombre croissant de communes et d’éliminateurs sont venus se joindre au projet, ce qui a fait progresser notre réseau de points de collecte qui a atteint et même dépassé les 35 points de collecte dans 7 cantons.

LA COLLECTE-PILOTE SUIT SON COURS

Vingt mois, nonante tonnes, plus de trois millions de briques à boisson – dans plus de trente communes dans sept cantons la collecte des briques à boisson vides fait désormais partie de la vie quotidienne. Nous avons fait un petit «Tour de Suisse» et nous sommes renseignés sur la marche des opérations dans différentes déchetteries. Nous avons constaté avec plaisir que les impressions sont positives.

EN DIRECT DES COMMUNES PILOTES

Les cartons de boissons sont trop précieux pour être jetés ou brûlés et de plus en plus de communes partagent ce point de vue. Pendant une phase pilote de deux ans (2012-2013), 29 communes de sept cantons ont installé un total de 38 sites de collecte pour leur population. Les habitants apprécient de pouvoir recycler intelligemment les emballages utilisés. Le projet pilote sera évalué jusqu’à la fin de l’année. Une enquête d’opinion effectuée dans différentes communes le montre: la collecte et l’enlèvement du matériel pour le recyclage se déroule sans accroc et sans coût supplémentaire considérable pour elles. C’est pourquoi, dans les communes qui seront des références, la collecte sera reconduite après la phase pilote.

VOICI COMMENT DES BRIQUES À BOISSON SE TRANSFORMENT EN DE NOUVEAUX PRODUITS

Année après année, la Suisse élimine plus de 700 millions de briques à boisson avec les déchets ménagers, c'est-à-dire par incinération. C’est bien dommage pour les quelque 20'000 tonnes de matières d’emballage qui représentent des matières premières secondaires fort utiles que l’industrie cartonnière pourrait valoriser.

La valorisation dans le film:

Le recyclage professionnel des briques à boisson est tout à fait faisable, c’est même très simple et surtout extrêmement efficace et avantageux. Voici un moyen économique qui permet de ménager les ressources naturelles et d’éviter de produire du CO2. Les briques à boisson contiennent 75 pour cent de cellulose à longues fibres, une matière première recherchée par l’industrie cartonnière. Les 25 pour cent restants sont du polyéthylène et de l’aluminium. Ces matières peuvent être utilisées dans les cimenteries en tant que carburants de substitution ou alors valorisées  après avoir été traitées avec des processus particuliers.

C’est possible grâce à une «machine à laver»

Le recyclage sans produits chimiques

L’installation de recyclage pour briques à boisson fonctionne selon le principe d’une grande machine à laver. Les briques à boisson utilisées sont amenées par un ruban convoyeur dans le «pulper». Ce dernier est un grand tambour, la machine à laver évoquée plus haut, qui ne contient que de l’eau. Puis le contenu du tambour est puissamment brassé pendant quelques minutes, cela suffit et le processus de recyclage fonctionne même sans qu’il soit besoin de recourir à des produits chimiques. Ce processus de recyclage n’est pas nouveau, puisqu’on s’en sert depuis des années dans le recyclage traditionnel du carton.

Récupérer les fibres du carton

Dans la machine  à laver, les briques à boisson s'engorgent d’eau. L’eau s’infiltre entre les couches et ces dernières se séparent les unes des autres sous l’effet du mouvement imprimé au contenu du tambour. En peu de temps, ce processus transforme le carton, rigide à l’origine, en une pâte aqueuse de couleur brun sale.

Séparer les matières premières secondaires

Un tambour de triage sépare les fibres de carton des autres matières résiduelles (film de polyéthylène et feuille d’aluminium). La précieuse cellulose est lessivée, puis purifiée en différentes étapes, concentrée et finalement acheminée vers la machine à papier.

Tirer à nouveau parti des matières premières de manière productive

La cellulose est la matière première valorisable qui est utilisée dans la production de carton ondulé et d’autres emballages en carton. Le «reject», c'est-à-dire les parts de polyéthylène et d’aluminium, servent de carburant de substitution dans l’industrie cimentière, ce qui réduit la consommation de produits pétroliers.

„glou glou glou et recyclons“

Les briques à boisson font état dès maintenant d’un écobilan favorable. Si on décidait de ne plus incinérer les briques à boisson mais au contraire de les recycler de manière conséquente, la charge de CO2 diminuerait encore plus, et durablement de surcroît. Et surtout: cela permettrait de ménager nos précieuses ressources et de tirer parti des matières premières existantes et de les recycler.