LE RECYCLAGE DES BRIQUES A BOISSON ET SES EFFETS

Après avoir été produites, achetées et consommées, de plus en plus de briques à boisson sont recyclées dans nos communes pilotes. En effet, après avoir été collectées, elles peuvent être recyclées dans une installation prévue à cet effet. La troisième partie de notre série «Le recyclage des briques à boisson en chiffres» décrit ce processus de recyclage et ses effets.

Les briques à boisson contiennent jusqu’à 75% de cellulose à longues fibres, une matière première prisée dans l’industrie du carton. Les 25% restants de l’emballage sont constitués de polyéthylène et d’aluminium. Ces éléments peuvent être valorisés comme combustibles de substitution dans les cimenteries ou transformés grâce à des technologies spécifiques, et les matériaux recyclés.

En principe, l’installation de recyclage pour les briques à boisson fonctionne comme un gros mixeur. Les briques à boisson usagées sont acheminées sur un tapis vers un pulpeur. Il s’agit d’un gros tambour rempli d’eau. Le tout est vigoureusement agité. Tout le processus de recyclage s’effectue sans recours à des produits chimiques et est utilisé depuis des années pour le traitement du carton.

En dix minutes seulement, les fibres de carton se détachent des autres matières (feuille de polyéthylène et d’aluminium) et sont séparées dans un tambour de tri. Les précieuses fibres se détachent avant d’être nettoyées au cours de plusieurs étapes, puis épaissies et acheminées vers la machine à papier. Le rejet, c’est-à-dire l’aluminium et le polyéthylène, est valorisé comme combustible de substitution dans la cimenterie et permet d’économiser des combustibles fossiles.

FILM OFFICIEL - PART 2: LA VALORISATION from Getränkekarton-Recycling on Vimeo.

 

Les briques à boisson présentent aujourd’hui un bilan écologique satisfaisant. A l’avenir, si ces briques ne sont plus incinérées mais correctement recyclées, les émissions de CO2 pourront encore être réduites durablement, à raison de 20 000 tonnes par an. Cette quantité de CO2 permettrait à un véhicule classique de parcourir plus de 260 fois le voyage de la Terre à la lune.

Ajouter un commentaire